WildSide convainc le Luxembourg avec un line up des plus captivants

C’est une soirée réussie qu’a proposé WildSide Luxembourg ce vendredi 1er décembre. Le Lenox Club a séduit la foule avec sa fameuse tête d’affiche grenobloise, Oxia.

Il est 23h quand l’un des clubs les plus populaires du Luxembourg ouvre ses portes. Dans un décor fait de signes peace & love et de colliers hawaïens très colorés l’ambiance underground ne peine tout de même pas à s’imposer. À notre arrivée, les effluves d’une rencontre électronique attendue nous montaient déjà aux narines : le Lenox Club ne pouvait laisser envisager qu’une nuit au sommet de sa forme. En effet, ce fut un « chose promise, chose due » pour WildSide qui alterne en ce moment ses soirées entre le Lenox et le Spot 48. Aussi, ce vendredi dernier, tous les aficionados de l’underground ont pu profiter pleinement de l’obscurité et des hauteurs, pour les plus téméraires, orientées face à la scène où les djs se sont relayés toute la soirée.

C’est l’artiste Den Calys, gagnant du dj contest organisé par WildSide, qui a eu l’opportunité d’entamer le warm up de ce Winter Safari de 23h à minuit. La nuit a alors commencé dans une vibe techno instaurée par cet homme d’affaires belge, masqué, qui fait de sa musique un passe-temps. Après cette patte musicale inattendue, est alors venu le tour des jeunes Alberto Stocco et Flore, artistes d’Onis Sound Collective, de poursuivre la soirée. Malgré un set techno-house intéressant et entraînant, le Lenox Club a tout de même peiné à se remplir en ce début de folie nocturne. Il aura fallu attendre la tête d’affiche pour voir naître une foule plus dense.

Oxia s’est donc emparé des commandes aux alentours de 2h du matin pour offrir un tapage captivant qui combla toutes nos attentes. Le club s’est alors rempli d’un public hétéroclite composé de gens qui sonnaient comme des habitués du lieu. Malgré une organisation qui semblait battre de l’aile de premier abord, notamment à cause d’un malentendu au sujet de la présence ou non de l’incontestable AGENT, la soirée semblait alors avoir conquis des coeurs plus ou moins néophytes. Et dans une foule aérée, qui aurait pu être décuplée, les visages ne semblaient tout de même pas moins heureux. Une petite réussite donc qui marque la présence d’une grande famille électronique.

« Au Luxembourg, c’est comme une grande famille, tout le monde se connaît. On retrouve les mêmes dans les clubs. » –

Arno, un habitué fraternel.

Ainsi, le dj et producteur grenoblois a semblé prendre autant de plaisir que la foule pendant ces deux heures de pure techno. C’est vers la fin de son set que les plus amoureux se sont complètement lâchés à l’écoute du fameux track « Domino » dont l’artiste a récemment proposé un rework sur le label Sapiens d’Agoria.

Il fut alors difficile d’enchaîner après un tel set proposé par Oxia mais Mark Netty et Hugo HP de WildSide Luxembourg ont su relever le défi et ont entraîné le Lenox jusqu’au petit matin. Devant un public surexcité, les deux amis djs ont sans conteste su réveiller le wildside des personnes présentes.

Malgré un public relativement restreint, les organisateurs ont réussi à motiver les foules et à faire de cette soirée un évènement sauvé des eaux avec brio. Avec un line up regroupant un des plus grands de l’électro française et des artistes de la petite scène électronique, l’ambiance a transporté toutes les personnes présentes dans ce Winter Safari luxembourgeois. Ce fut donc sur ces dernières vibes de techno que WildSide Luxembourg termina sa soirée pour nous donner, par la suite, rendez-vous le 15 décembre même lieu, même heure, pour venir savourer le dj anglais Dave Clarke.

Comments

Add a comment

mood_bad
  • No comments yet.
  • chat
    Add a comment
    keyboard_arrow_up