Magazine

Alors, c’était comment le Week-end des Curiosités ?

La scène Swimming Deer © Louis Derigon Photography

Le Weekend des Curiosités est un rendez-vous incontournable pour les Toulousains. Prenez une des meilleures salles d’Europe qu’est le Bikini, ajoutez-y une ribambelle d’artistes, mettez y de la bonne humeur et vous obtenez ainsi un show de 3 jours. C’était le premier weekend de juin pour cette édition 2018 et les retours sont entre ces lignes.

Cette année l’événement s’est déroulé du 1 au 3 juin, avec la sympathique particularité de profiter gratuitement du dimanche après-midi. Côté programmation, c’était pas moins de 32 artistes pour 3 scènes différentes. Parmi eux, on peut citer Bagarre, Loud, Bleu Toucan et bien d’autres surprises durant tout le long du weekend. Une petite déshydratation ? Et hop, on profite de trois bars mis à notre disposition mais également de deux foodtrucks pour les plus gourmands. Pour continuer à nous en mettre plein les yeux, rendez-vous au village qui était composé de divers stands en y retrouvant également divers goodies, stickers et autre mercantiles d’artistes.

© Louis Derigon Photography

Le vendredi, un démarrage sur les chapeaux de roue

Première étape : direction le Bikini. Pour s’y rendre, il faut compter une bonne quinzaine de minutes de marche depuis la terminus du métro. Que vous soyez motorisé ou pédestre, vous croiserez toujours des compagnons de route qui prennent la même direction que vous. Au long de cette petite marche, nous pouvons déjà entendre les premières vibrations. C’est dans cette ambiance qu’on va tout donner. Amateur de rap mais pas non plus pogotteur, PLK a su réveiller cette partie de personnalité chez beaucoup d’entre nous, des pogos du début jusqu’à la fin, voilà comment bien commencer la soirée. Les prestations s’enchaînent et on se laisse donc emporter dans le son des 2 autres scènes. La scène côté piscine, un public déhanché, énergique, pour un dancefloor rempli le tout grâce au set dj Mad Rey & Flabaire. Ça continue sur la scène des Curiosités, où il s’en dégage une toute autre énergie. Elle nous vient de Concrete Knives avec leur rock solide, et derrière on annonce Apollo Noir. On suit la foule qui se déplace et se pose dans le village. Certains sont motivés par la faim et d’autres s’abreuvent. Les foodtrucks sont bondés et les bars, c’est une toute autre histoire. La soirée bat son plein, Kiddy Smile & Khalk enchaînent en fin de soirée, mais juste avant frissons sur frissons, merci à Angèle. La sœur de Roméo Elvis en a dans le ventre, elle a facilement captiver l’attention de tout le monde. Retour sur les dernières heures de techno, qui nous a aussi pousser dans nos retranchements, l’heure de dormir approche à grand pas. On se quitte pour ce soir, il est tôt, déjà 5 heure. Les heures de sommeil qu’il nous reste vont servir à préparer le terrain pour le soir suivant.

Sopico © Alexia Abakar – Photographie

Caballero © Louis Derigon Photography

Ça y est, c’est déjà le Samedi soir

Le chemin étant déjà tout tracé, la détermination reste même que la veille. On attaque par le duo Haute qui nous démontre qu’une voix féminine peut-être à la fois surpuissante et pleine d’énergie. Vous l’avez dans le mille, la foule a été une fois de plus captivée. Pour la suite, pas de chichis, on revient aux fans inconditionnels de rap. Sopico enflamme le public, mais il n’était pas prêt pour Caballero & JeanJass. Pogos, jetés de bouteilles, show de lumières, ils savent comment assurer. La foule est en délire après leur prestation et le nombre de personnes sans t-shirt s’est tout d’un coup décuplé. On revient un peu sur terre et on s’installe près du village pour découvrir un peu plus les stands. On peut tomber sur une salle de jeu “old-school”, c’est le air-hockey qui retire notre attention. L’occasion de jouer une petite partie et de finir sa bière. On entend les premières notes d’une techno groovie et décalée, celle de Vladimir Cauchemar est aussi intriguant que son dernier clip. Sa touche décalé annonce pourtant du sérieux derrière, et là c’est Casual Gabberz qu’il faut voir. La foule est en délire et certains tapent même du pied. C’est ici que la soirée touche à sa fin. Elle annonce la reprise des forces pour dimanche, l’ultime journée qui commencera à midi pétante.

© Louis Derigon Photography

Jour de soleil et rendez-vous créatifs

Le village est devenu plus vivant que jamais et pour cause, les différents stands sur place proposent désormais tout un panel d’animations. Une envie d’encre, les tatoueurs sont là. Une nouvelle coiffure ? Pas de problème. Laissons ce qui est esthétique et rapprochons nous plus de l’art qui se partage. Différents artistes ce sont donnés rendez-vous pour peindre et exposer leur travail. Une vraie journée sous le signe des curiosités. On s’éloigne un peu, car le bruit des roues et des trucks se font entendre. Pour l’occasion une mini rampe s’est installée là où était la scène des curiosités. Kickflip, rock to fakie… les riders sont de bonne humeur. Mais on a oublié quelque chose. Ce jour a éveillé plus notre curiosité que les autres, mais c’est aussi un jour consacré à différents dj sets. Alors comme les jours précédents, on s’est déhanché et ce jusqu’à la fin. Merci à Piu Piu, résidente de Rinse France qui a su fait tenir jusqu’au bout la flamme du samedi soir.

© Louis Derigon Photography

Cette année, le Weekend des Curiosités a su confirmer une nouvelle fois son identité. Festival prisé par les Toulousains et d’ailleurs, l’énergie qui s’est dégagée du Bikini était immense. Malgré une superficie réduite par rapport aux anciennes éditions, la foule était plus que présente pour cet événement.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

To Top
id, tempus luctus eget commodo elit. velit, Curabitur neque. eleifend
X