Long format : la musique avant la fête, entretien avec le label Nie Wieder Schlafen

De nos jours, la musique électronique est pratiquement sans arrêt affiliée à la notion de fête. Une généralisation qui peut se rapporter à bien de sujets sociétaux : politiques, états d’esprits des générations actuelles, les nouvelles technologies d’aujourd’hui et de demain etc.
Retour aux sources en compagnie du label Nie Wieder Schlafen, qui nous a partagé sa sensibilité pour la musique électronique ainsi que sa façon d’apprécier et vivre celle-ci.

Version originale [ENG] – mot de passe : nws

Tout d’abord, Nie Wieder Schlafen est et a été un collectif de djs. Les quatre fondateurs 🙁Trustless (Steppi), Ama :ru, Angaro & Chinomatic) se sont rassemblés pour fonder ce label de music tastemakers guidés par cette même et grande passion : l’écoute et la sélection/production de musiques électroniques sensitives.

NWS a planté sa graine en 2013. C’est en jouant en premier temps dans des événements privés par loisir, qu’ensuite cette activité a fini par se professionnaliser. Autre déclic important : la chaîne Youtube dont la communauté s’est vite formée et a suscité bien d’attention ces dernières années. Ce phénomène engendra des rencontres palpitantes et importantes qui permirent au label de croître. Grâce à la bienveillance de certaines personnalités, le collectif a réussi à donner vie à Nie Wieder Schlafen. Un parcours classique, mais non anodin en terme d’expériences humaines.

Outre ces faits et naissance qui peut paraître banale pour d’autres acteurs dans le secteur, le label tient à bien souligner que leur passion est majoritairement issue de la simple écoute de tracks. Cette écoute est privilégiée, plus que l’événementiel.

La musique électronique, synonyme d’évasion

La musique est cette langue universelle permettant de communiquer et voyager entre différentes cultures du monde. Elle porte à la fois des valeurs communes à chacun, mais aussi des codes hétéroclites, ce qui en fait sa richesse et son pouvoir attractif d’évasion.

Au delà d’événements qui peuvent être organisés à foison mettant en scène la musique électronique, NWS rappelle ainsi que la musique et sa propre écoute en elle-même est tout autant capable de nous transporter dans des ambiances et univers atypiques.

Steppi, co-fondateur, nous avoue que ses meilleures trouvailles auditives ont été dénichées globalement sur le net. S’inspirant le plus souvent sur la toile, c’est en traînant des heures et des heures sur son ordinateur qu’il en vient régulièrement à « un morceau mène à un artiste, puis à un autre artiste, puis à un autre morceau et ainsi de suite ». Certains répéteront souvent « Allez, rien qu’un dernier épisode », pour Nie Wieder Schlafen ce sera :

Allez, rien qu’un dernier morceau.

Nos seules oreilles peuvent suffire à faire réagir tous nous autres sens. Le label tient à rééquilibrer ce degré d’importance attribué au rôle de l’artiste et de son public face à cette adoration abusive des djs et producteurs. Le rôle du « listener » étant tout aussi crucial que l’artiste.

L’artiste ne joue et ne diffuse pas simplement de la musique pour lui. Il s’agit d’un partage de valeurs, ressentis personnels et de goûts en commun avec son public. Voilà une habilité essentielle de l’artiste que NWS veut également mettre en lumière : inviter son auditeur à des voyages spirituels induits par des sensations de souvenirs et/ou d’appels à l’imagination par les composantes de la musique électronique.

Steppi nous confie avoir toujours été fasciné par le potentiel infini de la musique électronique à être « malaxée », transformée. Qu’importe le temps et l’espace où nous nous trouvons, la musique a cette propriété de nous faire changer d’horizons.

Dans la musique, chaque détail compte.

Actuellement, l’événementiel est de plus en plus pratiqué pour vivre des expériences sensorielles uniques dans l’industrie musicale. La fête a souvent été synonyme de rassemblement, mais aussi d’évasion et de « défoulement ». On en oublie presque les propriétés ou pouvoirs originels de la musique à savoir : nous toucher par sa simple écoute. Echanger sans un mot ou accompagnés de paroles et de mélodies, divers sentiments ou d’émotions : énergie, amour, tristesse, colère, détermination, calme.

Un cadre spatio-temporel n’est pas forcément indispensable pour faire fonctionner nos facultés cognitives. La musique électronique n’est donc pas à affilier en permanence à la « fête » ou aux « festivals » pour être appréciée, pratiquée. Bien que l’expérience d’être en soirée, open-air en journée autour de rafraîchissements, ateliers artistiques, scénographie fabuleuse peuvent être un plus pour « consommer » de la musique en live performance.

@ FUZZ

La musique électronique, synonyme de valeurs

Toute forme d’expression artistique permet de communiquer à la fois des émotions, des opinions, mais aussi des valeurs. Le label Nie Wieder Schlafen s’inspire et estime grandement le concept du Burning Man qui promut des valeurs morales au sein de sa communauté et tient à chaque fois à sensibiliser celle-ci à préserver son environnement. NWS présente alors à sa façon une identité visuelle discrète, épurée, sublimée par la designer Giulia Gallizzi, accompagnée de nombreux fonds de paysages réalistes et enchanteurs.
Le logo quant à lui fait référence à des pionniers dans la musique qui sont à deviner : tous tournés vers le même objectif, la musique, et tous de la même apparence, pour rappeler les liens uniques qui nous relient. La musique, l’évasion et les rapports humains restent de poings liés des notions essentielles dans l’adn de NWS.

Quant aux images et animations que l’on retrouve sur Youtube, c’est Steppi qui s’en occupe à cœur joie. Bien qu’il aimerait avoir plus de temps pour améliorer et travailler ces vidéos. Nie Wieder Schlafen porte une certaine bienveillance à la nature et n’hésite pas à le démontrer sur sa chaîne Youtube, dans ses contenus artistiques. Le meilleur endroit pour Steppi pour savourer de la musique étant :

En pleine nature, loin des civilisations, où le silence règne pour apprécier au mieux les sons.

La musique électronique peut parfois comprendre dans ses morceaux du vocal, cependant comment arrive-t-elle à captiver de plus en plus de publics sans paroles et à faire référence à des valeurs qui nous sont communes, universelles ? Nous arrivons à nous identifier à la musique électronique grâce aux mélodies qui nous évoquent des souvenirs, paysages, émotions vécues par l’artiste, des rêveries. Comme toute tendance, nous en revenons aux sources avec : la nature, notre être et bien-être. La musique électronique née au travers de machines est indéniablement un vecteur paradoxal de communication, permettant de nous raccorder à nos racines, que ce soit notre relation avec la nature ou entre hommes et femmes.

Le label Nie Wieder Schlafen qui est implanté à Berlin n’hésite pas à nous livrer que dans leur capitale, ses habitants portent beaucoup d’attention à écouter de la musique et sont exigeants envers les djs. Berlin est synonyme de point de démarrage historique pour la musique électronique en Europe et reste un lieu emblématique pour des artistes pour exprimer leurs talents. Merveilleux terrain de jeux pour des expériences artistiques, il est à retenir en parallèle de la fête, que si les berlinois de l’Est et Ouest se rejoignaient à des événements de musique électronique, il s’agissait et il s’agit toujours au travers de ces soirées, de se rassembler autour de valeurs et intérêts en communs.

Tout n’est pas que fête… Les lives

Chez Nie Wieder Schlafen, les soirées ne sont pas au cœur de leurs activités. Bien que cela ne les empêche pas d’installer leur propre camp chaque année au Burning Man. Ou bien de mener de petits festivals à l’étranger, dont aux États-Unis afin d’acquérir de bonnes notions en termes d’organisation d’événements, pour viser haut à l’avenir.

A notre époque la musique électronique est en pleine re expansion, que ce soit par le retransmission des histoires des pionniers et des premières musiques underground que par la naissance et développement de nouveaux genres expérimentaux, alternatifs et deep. Comment expliquer ce mouvement fort à l’international ? Il y aurait de multiples raisons.
Toutefois, il ne faut pas omettre ce pouvoir simple qu’a la musique par sa propre écoute, production sensitive : s’évader et sensibiliser les esprits de manière personnelle et universelle. Grâce aux outils de création d’aujourd’hui, nous vivons des moments uniques avec un accompagnement fort de la musique électronique (présente de plus en plus dans la publicité, films, et autres). Beaucoup associent fêtes et musique électronique, avec ce besoin de se défouler, d’appartenir à une communauté forte, militante, culture ou contre-culture face à l’EDM par exemple. Ou tout simplement cette envie de partager via la fête, sans un mot, par la danse, de s’évader en transe dans une ambiance intense.

NWS – Burning man 2016 – Crédit photo : Giulia Gallizzi

Pourtant avant la danse, avant le mouvement physique, ou la consommation de substances, sortes de ponts vers un état de transe et d’évasion intense couplée à la musique électrique, il y a l’écoute simple et unique de la musique. Ne faire appel qu’à notre ouïe en premier temps, et assimiler différents sons par ses propres moyens, sens. Steppi déclare qu’il est essentiel d’être en accord avec le rythme d’un morceau pour danser et pour cela il vous faudra un coeur une tête pour commencer.

Le corps et l’âme se mettent en « transe » dès lors qu’ils sont en symbiose avec la progression de la mélodie et son rythme, aboutissant à une grande stimulation de nos sens.

Cette compétence à mettre en action est complexe, surtout au vu du potentiel infini à jouer et produire de la musique électronique. Toutes sortes de sons sont à moduler. Entre expérience physique et mentale, la musique électronique a le don de nous toucher de diverses manières, et nous de le faire vivre.

Burg Schnabel, Berlin -NWS showcase @ Sam Goku

L’identité du label

Du côté de Nie Wieder Schlafen, Steppi a commencé à toucher à la musique électronique via Ama :ru et son frère, qui sont amis et qui ont 10-13 ans de plus que lui. Passant de l’EDM, au dubstep, drum&bass, tech house, house, hip hop oldschool… Désormais c’est dans la deep music et l’électronica que Steppi est le plus sensible. La deep house est un genre musical moderne permettant de ressentir des sentiments aussi bien sombres que profonds.

C’est difficile à décrire, mais les émotions générées sont uniques

Bien qu’en musique électronique il existe divers genres plus percutants et précis pour ressentir des vibes singulières, la deep et l’electronica sont les meilleurs aux yeux de Steppi pour la variété de sentiments éprouvés.

C’est mondial, la musique électronique est un univers qui se développe énormément sur bien des aspects. Le live performance étant de plus en plus exploité, avec notamment les Boiler Room, mais aussi Cercle qui organisent des lives de pointures dans des espaces atypiques. Un concept très apprécié par Nie Wieder Schlafen. Toutefois, ce type de performance en live est une pratique bien difficile qui nécessite d’être en très grande phase avec son public. Ceci pour créer et maintenir un lien de groove et sentiments inédits jusqu’au bout. Cela s’accorde avec l’ambiance instaurée par le public, la scénographie, le lieu, la qualité du matériel et les différences des acteurs présents. Pour perfectionner les morceaux, cela demande de l’attention personnelle et une ouverture particulière à son environnement. Agir dans l’immédiateté est compliquée, contrairement quand on peut travailler avec plus d’attention et de temps sur des productions précises chez soi, que durant un événement pour générer les sentiments et représentations appropriées.

Quelques vieilles références et favoris chez Nie Wieder Schlafen : Daft Punk, Röyksopp, Justice, Erased Tape labelSol Selectas lavel, Mr L’Oizo, Oleeva Records, Keller label, Kincaid & Sinàl. Et pour terminer sur ce long format un morceau de Compuphonic. Un grand merci à Nie Wieder Schlafen pour tout le temps consacré et attention portée pour cet article de longue haleine.

Version originale [ENG] – mot de passe : nws

 

Comments

Ajouter un commentaire

mood_bad
  • Pas encore de message. Tristesse.
  • chat
    Ajouter un commentaire
    keyboard_arrow_up